Social Icons

dimanche 30 avril 2017

Interview de Bertrand Retailleau

Bertrand Retailleau



Médium et Canal
« Le Facteur d‘un Monde à l‘Autre »


Votre Parcours:


-  Pouvez-vous nous parler un peu de vous ?

B.R.: J’essaie de vivre loin du bruit du monde et dans ce fonctionnement qui est le mien, cela n’est pas facile, je ne peux pas parler de travail avec eux, je ne le ressens pas comme cela et ce que je suis aujourd’hui n’est pas acquis.

Je ne me suis jamais considéré comme un médium, ce terme ne me convient pas. 


Depuis le début, j’aime ce terme de "Facteur" et ce qui est drôle, depuis 2013, j’habite et reçois, dans l’ancienne poste de mon village, certaine personne pense que cela est une chance et aimerait être à ma place, rien est facile, chaque rendez vous, chaque séance publique, est pour moi difficile, car je ne sais jamais ce qui va se passer entre parenthèse, c’est un bel exercice de lâcher prise.

Depuis le debut fin 2009, j’ai appris à prendre ce recul dans cet univers de médiumnité, car cela est vraiment nécessaire.

Alors, le chemin est seul, mais si intense.

- À quel âge avez-vous découvert votre don de médium ?

B.R. :
Je pense que nous avons tous plus ou moins cette possibilité, déjà à aimer l’humanité, et de là, à pouvoir aider l’autre.

Enfant, je me sentais seul dans ce monde.
J’étais entouré d’amour par mes parents, ma famille.

Enfant, j’ai toujours ressenti, je ne peux pas parler de présence ou autres manifestations, mais je me souviens de ce ressenti que j’avais sur certaines personnes ou certaines situations, mais difficile de les exprimer quand on est enfant.

Donc, j’ai mis tout cela de côté en suivant mon chemin, en passant par la scolarité et différents emplois.

Jusqu’en 2007, où tout m’a rattrapé d’une manière que je ne souhaite à personne.

- Y’a-t-il des membres de votre famille qui possèdent également des dons de médium ou autre ?

B.R. :
Je ne crois pas que d’autre personne de ma famille est ce potentiel. Mon grand père paternel, avait bien cette possibilité de soigner, qu’il n’a pas vraiment utilisé.

En ce qui me concerne, je ne pense pas qu’il faille avoir dans sa famille une personne avec un potentiel, je pense plutôt, que ce sont "eux" qui choisissent et comme je le dis, nous avons tous ce potentiel en sommeil qui peut ou non se réveiller.

Ce n’est pas à nous de choisir ou de le chercher ce sont "eux" qui nous réveillent à cela.

- Quand avez-vous su que cela était votre voie, y’a-t-il eu un événement particulier ?

B.R. :
Certaines personnes pensent que j’ai de la chance, je leur dis souvent, prenez ce qui c’est passé pour moi un matin de mars 2007 et votre avis changera.

A force de ne pas écouter les signes que je recevais depuis 1995, car pour moi, il me fallait la preuve de la preuve que cela existait, même encore aujourd’hui, j’y crois a 99% car il y a ce 1% où je ne sais pas, je ne connais pas l’autre côté.

En mars 2007, à force de ne pas écouter comme je le dis, le bilan d’une fragilité du corps a été fait, et là, j’ai pas eu le choix, j’ai tout stoppé : travail etc…

Nu à la vie, partant un peu à la derive, et au fur à mesure, tout c’est mis en place sans que je le cherche, et là, j’ai compris qu’avec "eux", je n’avais pas le choix.

- Quelle signification a pour vous la phrase : "Tout est contenu en vous même" ? (Que vous avez sur votre site)

B.R. :
Cette phrase, je l’ai découpée dans un magazine, j’étais ados et déjà bercé par l’inde et certains textes, qui à l’époque, ne me parlaient pas plus que ça.

Pour moi, cette phrase est claire, tout est écrit au fond de nous, alors n’allons pas chercher ailleurs, tout simplement là au fond de nous, c’est un peu notre livre intérieur, où avant de nous repositionner dans un corps, nous connaissons les grandes lignes de notre chemin, mais une fois notre premier souffle, nous passons notre vie à chercher et ce que je nomme un guide, vient nous apporter un éclairage sur les pages de ce livre qui est parfois difficile à comprendre.



La Médiumnité :


- Pourriez-vous nous raconter votre première communication avec un défunt ?

B.R. :
Cela a été en 2000, une amie de l’époque, à qui je parlais de ce que je ressentais, m’a demandé si je pouvais avoir un contact avec son papa, à l’époque, j’avais assisté à une médiumnité en salle, donc, j’ai pensé qu’il fallait faire pareil, ce que j’ai fait, mais rien, seulement une phrase: “Parle-lui de l’aspirine”

J’ai demandé à l’amie qui était en face de moi si elle avait mal à la tête, non, et cela en est resté là. Plusieurs jours après, cette personne me dit je sais, son papa, chaque matin prenait un cachet d’aspirine. Enfin, ce fut vraiment un des premiers message, depuis il y en a eu beaucoup et beaucoup parlant, mais, pour cela il faudrait écrire, écrire.

En ce qui concerne la communication avec les défunts, je ne leur demande jamais de se presenter, ce sont eux qui décident, certains en salle vont être, comme je le dis, très bavard et pour d’autres, il vas falloir aller chercher le sens des mots ou des phrases, ou parfois des images ou odeurs, mais ce qui me surprend à chaque fois, c’est l’amour et l’humour qu’ils nous apportent.

- Quel est votre ressenti lors des communications ?

B.R. :
Comme je le dis, c’est cette sensation de les percevoir vivant.
C’est une sensation difficile à décrire, car je le vis, je le ressens, leurs mouvements, les rires, les odeurs etc...

Et je sais que toutes ces sensations qui sont si vibrantes, je ne peux toutes les redonner. Car, redonner leur énergie aux personnes qui me font face, cela ne peut passer que par la parole, j’essaie du mieux que je peux pour que les personnes puissent ressentir ce vivant vibratoire si different de nous.

- Y’a-t-il une expérience avec un défunt qui vous ait fait peur ?

B.R.:
Cela m’est arrivé quelquefois, j’ai toujours fait barrage.
Cela arrive quand le contact avec un défunt, certains mots ne sont pas en harmonie, je fait barrage tout simplement.

Je n’ai pas de recette pour se protéger à cela et je ne cherche pas à en provoquer.



Le Guide :


- Comment s’est manifesté votre Guide la première fois ?

B.R. :
Cela c’est présenté d’une manière inattendue. Pendant plusieurs années, j’appelais cela vibration, mais lors d’une séance publique à Toulouse, était présent dans la salle, Monsieur Jean Morzelle, qui m’a signifié qu’il fallait nommer cela un Guide. 
La première fois que cela est arrivé, j’ai parlé rapidement, les yeux fermés et je me suis aperçu que je n’avais pas le même phrasé, le même comportement. 

Les personnes présentes commencèrent à me faire retour de message plus pertinent sur un éclairage sur leur chemin de vie.

- Votre Guide s’est-il déjà montré à vous ?

B.R. :
Non, et cela pour moi n’est pas important, si un jour cela doit se faire je l’accepterai.


Canal :

- Lors de vos conférences, vous canalisez votre Guide, quand avez-vous pris conscience que vous aviez la capacité de faire des canalisations ?

B.R. :
Cela c’est fait naturellement, et ce sont les personnes présentes à chaque fois qui m’ont fait ce retour que cela était de la canalisation.

- Canalisez-vous d’autres esprits que votre Guide ?

B.R. :
non.

- Y’a-t-il une différence de ressenti entre une médiumnité dite "classique" et une canalisation ?

B.R. :
En canalisation, le phrasé est plus limpide, le taux vibratoire est plus haut et l’information reçue est plus subtile et plus profonde, donc pour moi moins fatiguant.


Voyages :


- Dernièrement, vous avez fait un voyage aux Indes, qu'est-ce que cela vous a apporté ?

B.R. :
Chaque année, je vais en Inde, pour moi c’est un retour aux sources et cela me permet de me ressourcer.



Les Rencontres :


- Y’a-t-il une ou des rencontres qui ont comptés pour vous ?

B.R. :
Oui, la rencontre avec Sylvie Rabouin, canal qui dans une canalisation, m’a indiqué la voix à prendre et qui m’a conforté dans cette direction à prendre.

- La rencontre marquante ? (si il y en a une)

B.R. :
Jean Morzelle (Expérienceur qui a vécu une experience de mort imminente) 
(Aujourd'hui, récemment décédé)


La Question Finale !


- Et ma question finale et traditionnelle, Quelle est votre plus belle expérience ?

B.R. :
Ce sont toutes de belles expériences et de belles rencontres, mais, peut-être plus, lorsque c’est la venue d’un enfant et que celui-ci parle à ses parents.

- Avez-vous quelque chose à ajouter ?

B.R. :
Dans ce domaine-là, il faut avancer avec beaucoup d’amour et d’humilité, être dans le partage et être en paix avec soi-même et le monde et surtout ne rien attendre.



Je vous remercie !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Site de Bertrand Retailleau
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

"Reporter de l'Au-delà"
Remercie Bertrand Retailleau pour son aimable participation

2 commentaires:

  1. je suis heureuse de vous avoir rencontré..... sur le chemin, tout vient à qui sait attendre..... école d'humilité et de patience. Bien à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Namaste Martine
      Je te souhaite un très beau chemin de paix d harmonie et d amour
      Ôm Shanti
      Bertrand

      Supprimer