Social Icons

mardi 17 juillet 2018

Interview de Déborah


Interview de Déborah


Déborah
« Celle qui fait parler les morts »

 
Médium, Canal


" Reporter de l'au-delà " est heureux d'interviewer cette Médium Canal hors du commun, afin de mieux la faire connaître, aussi bien en tant que médium qu'en tant que femme de cœur.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

- Pour ceux qui ne vous connaissent pas encore, pourriez-vous nous raconter un peu votre parcours ? 

Déborah : Mon parcours est assez simple, j’étais coiffeuse pendant prés de 25 ans, un métier que j’affectionnais particulièrement car c’était une passion. J’ai eu, il y a à peu près 10 ans de cela des soucis personnels, alors je me suis mise à consulter des voyants jusqu’à ce que l’un d’eux me certifia que je travaillerai dans le milieu ésotérique. 
Très sincèrement, je ne connaissais même pas la définition du mot ésotérique. Mais ça m'a un peu interpellé alors je me suis mise à acheter un jeu de carte “oracle” pour m’amuser, d'abord avec mes amis et j’ai vu que cela fonctionnait ! Alors, j’ai continué jusqu’à ce que mon mari me pousse à en faire un métier parallèle à la coiffure. C’est ce que j’ai fait. Et de fil en aiguille par un concours de circonstance, de la voyance avec les cartes, je suis passée à ma pratique actuelle qui est de faire parler les défunts à travers moi.


- Vous êtes-vous toujours intéressée au paranormal ?

Déborah : Non, ça ne m’intéréssait absolument pas. 


- Comment avez-vous découvert votre don ? 

Déborah : Il y a quelques années de cela, une personne était venue me consulter pour de la voyance, lors de la séance, grâce à mes cartes, je remarquai que la jeune fille avait un don très accentué, alors je lui conseilla de le développer. Elle se mis visiblement à l’écriture automatique car quelques jours après elle me téléphona en m’expliquant qu’elle avait réussi sa pratique et qu’elle avait un message pour moi : “Déborah, la coiffure c’est fini, les cartes c’est fini, tu seras médium”. ça m'a bien entendu interloquée. Alors j’ai essayé l’écriture automatique, les premières fois n’étaient pas un franc succès, puis petit à petit j’écrivais des pensées qui n’étaient pas les miennes. 
Peu de temps après, j’écrivis des mots tel que : “Je la vois, elle est blanche, elle est toute blanche”. Il faut savoir qu’à cette époque-là, j’avais posé cette question : “Est-ce que je vais déménager ?”. Nous avions déposé une vingtaines de dossiers avec mon mari pour de multiple maison. Et le seul dossier qui a été accepté, la seule maison était blanche toute blanche ! J’ai donc continué et très vite en l’espace d’un petit mois, l’écriture s’est totalement transformée en devenant de simples gribouillages, car les pensées arrivaient trop rapidement. Tellement rapidement que je ne pouvais les contenir et je les ai répétées à haute voix. Au début, mon mari et moi-même étions perturbés, surtout lui (rires), mais très vite, après une multitudes de preuves, nous avons été extrêmement rassurés. 


- Dans quelles circonstances avez-vous découvert l'écriture automatique ? 

Déborah : Ce n’est pas de l’écriture automatique que je pratique à présent. 

En faite, le fait de tenir un stylo et de composer sur une feuille me permet principalement de différencier ma pensée de là leurs. c’est très important, c’est mes règles et mon protocole pour différencier quand je souhaite les faire parler à travers moi au moment où je ne le souhaite plus. Je pratique si on peut dire, une forme de télépathie avec les défunts, c’est comme si le défunt s’emparait de ma tête pour pouvoir discuter avec vous. Ce que j’écris ne sont que des vibrations des fréquences (ex: sismique, sonore…).


- Avez-vous tout de suite su que c'était de la médiumnité et est-ce que cela vous a étonnée ? 

Déborah : Oui, car lorsque j’ai découvert cette faculté, je voulais être plus forte, je voulais accroître ma capacité, vraiment je l’ai voulu et je savais que je commençais à être en contact avec des défunts. Je n’étais donc pas étonné. 


- Est-ce que cela a été difficile à accepter par vos proches ou amis ? 

Déborah : Non, mes amis l’ont accepté, même les plus frileux, les plus fermés l’ont parfaitement accepté. Ils me connaissent parfaitement et ont eu suffisamment de preuves, certains mêmes voient la médiumnité différemment, moi y compris. 

Pour la famille, c’est différents, les trois quart de ma famille n'ont même pas essayé ou eu envie d’essayer, mais ce n’est pas grave,  je ne les force pas, ce n’est pas un souci et je n’ai pas besoin de leur approbation car je sais que j’ai fait les choses consciencieusement. Je mets à part mes parents qui me soutiennent et le vivent au quotidien avec nous, eux aussi ont eu suffisamment de preuves pour savoir que les défunts sont parmi nous.


- Notre type de médiumnité est ce qu'on appelle de la Canalisation, pourriez-vous nous expliquer ce que vous ressentez lorsque vous Canalisez ? 

Déborah : Je ressens de temps en temps leurs émotions, leurs personnalités, des images… mais j’ai cette faculté de stopper ces ressentis ou leurs pensées dès que je le souhaite. 

   
- Comment avez-vous fait la « Connaissance » de votre Guide Roro ? 

Déborah : Au départ, c’était une femme, Roro c’est “incrusté” (rires) au fur et à mesure et très vite on s’est entendu.
Il nous a fait rire et sa personnalité est assez particulière, on a vite accroché. Et petit à petit, il est devenu ce qu’on appelle un Guide, bien que nous le considérons comme un membre de la famille. 

Même si je n’ai rien de particulier à lui demander, parfois nous lui demandons simplement comment il va, pour nous c’est important il fait parti de notre vie à présent.


- Quel genre de message recevez-vous la plupart du temps ?

Déborah : Je ne reçois aucun message. Je vais grossir le trait, mais c’est comme si j’étais possédée, le défunt passe à travers moi pour discuter et non envoyer un message, il passe à travers moi donc pour discuter, j’insiste sur le mot discuter, car réellement, nous pouvons avoir une réelle conversation avec eux. 

En générale, je laisse parler le défunt pour qu’il nous prouve qu’il s’agit bien de lui et une fois que nous avons acquis que s’était bien la bonne personne, eh bien, là vous pouvez discuter instantanément avec lui et il répond avec beaucoup de cohérence puisque ce sont bel est bien eux qui y répondent.


- Avez-vous déjà reçu des messages désagréables ou dérangeants ?

Déborah : Oui, bien entendu, il y a des défunts qui m'ont embêté, mais ce n’est pas gênant, c’est comme sur la terre, il y a des personnes gentilles qui resteront gentils et des moins gentils qui le seront aussi, il n’y a pas de grande différence. 

Alors, au début bien évidement, j’en avais un peu peur car on entend souvent qu’il faut faire attention, qu’il faut se protéger, il y a tout un mouvement mystique créé autour de l’ésotérisme qui fait que lorsqu’on ne connait pas et bien, on peut avoir peur. Au jour d’aujourd’hui, je ne suis plus embêtée, car je n’ai plus peur, déjà pour moi, les mots ésotérisme, paranormal, mystique, je n’adhère pas. Ce sont nous qui mourront et qui partons vivre ailleurs. C’est tout. A partir du moment où j’ai acquis qu'ils ne pouvaient pas me faire de mal, eh bien, ils se sont lassés tout simplement.


- Pourriez-vous nous parler de la création de votre chaîne Youtube "TV.Déborah" où vous faites tant de belles interviews de personnes de tout horizon du paranormal ?

Déborah : Cette chaîne est un projet qui est né grâce à mon mari qui croit en moi et en mon envie de partager. 


Lorsque j’ai commencé à atteindre une certaines notoriété, j’ai eu envie de partager d’autres personnes issues de différents domaines qu’ils soient médiums, ufologues, reporters… Je souhaitais surtout mettre en avant le côté humain de la médiumnité entre autres. 

Pour moi, c’est important que les personnes sachent qu’il y a une vie après la mort, peu importe la manière, chacun amène sa pierre à l’édifice, chacun ses facultés. 

Pour la plupart des invités, 90% des fois, je l’ai découvre avec vous. Je laisse le téléspectateur faire son propre avis. Comme je dit à chaque fin d’émission : “Avant de juger il faut tester !”.

Sur cette chaîne est également présent sous forme de plusieurs épisodes : Les consultations privées de Déborah, celle qui fait parler les morts. On y retrouve des personnes souhaitant discuter avec leurs proches défunts. J’ai souhaité présenter ces épisodes, car c’est bien beau de dire JE suis médium, mais il faut également le prouver, alors je ne sais pas si je peux me qualifier de médium, mais en tout cas, j’ai souhaité le prouver. Maintenant nous possédons un formidable outil qui s’appelle internet, j’ai donc choisi de montrer que nos défunts sont bien présent.


- Il ne faut pas oublier Jonathan, votre mari, qui est très impliqué dans tout ce que vous faites, avez-vous tout deux, d'autres projets à venir et dont vous voudriez nous parler ?

 

Déborah : Mon mari est plus qu’impliqué, je dirai que c’est mon plus grand fan (rires). 
Sans lui, tout ça n’existerait pas, je n’aurais jamais eu la force d’avancer. Ce qu'il faut savoir c’est que j’ai une faculté assez particulière et que au départ on ne me croyait pas, je me suis faite énormément critiqué, on peut croire que la médiumnité est un monde d’amour, de bienveillance mais pas du tout. Il y a juste des bonnes et mauvaises personnes. Sans mon mari je n’aurai jamais continué. 

Oui, des projets nous en avons énormément. Entre autres, de travailler avec les médias afin de gagner notre vie différemment pour ne plus faire payer les consultations aux personnes endeuillées, et je ferai tout mon possible pour pouvoir atteindre notre objectif car faire payer ces personnes est insoutenable pour moi. 
C’est pour cela que j’offre uniquement les consultations pour les parents qui ont perdu leurs enfants, car c’est quelque choses qui me tient énormément à cœur.  Malheureusement, pour le moment, je ne peux faire autrement, nous avons mon mari et moi même arrêté notre métier respectif pour se donner pleinement à nos divers projets, aujourd’hui ce que je fait nous aide à vivre, mais nous en vivons beaucoup moins bien que nos deux différents métiers d’origine. Malheureusement nous vivons dans une société où nous avons pas le choix.


- Je crois que vous êtes en train de créer une association, voulez-vous nous en parler plus en détail ? 

Déborah : Exactement, cette association est pour le moment en construction et verra le jour très prochainement. 


Mon mari et moi même y tenons énormément. Cette association aura pour objectif de venir en aide aux enfants et adultes en fin de vie, ainsi que les parents endeuillés. Il y a parfois des parents qui sont obligés à cause de leurs situation géographique de changer d’endroit pour se rendre dans des hôpitaux plus adaptés au soins de leurs enfants, malheureusement les frais engendrés sont trop conséquents et nous espérons grâce à notre futur association, leurs venir en aide. Il y a aussi ce besoin pour ceux qui le souhaiteront, d’échanger, d’informer, d’aller à la rencontre de parents qui ont perdu leurs enfants, également d’adultes en fin de vie. 

Nous essayerons de leurs apporter du soutient si ils le souhaitent, grâce à de futur conférences qui auront pour but de rassurer sur l’après vie. Énormément de projets découlent de notre association. Nous prenons tout notre temps pour bien structurer nos idées afin d’être efficace en temps voulu. Pour le moment une page Facebook vient d’être crée qui sera par la suite liée à notre futur association. Vous pouvez retrouvez cette page facebook “Les enfants du ciel”


- Et ma dernière et traditionnelle question, quelle est votre plus belle expérience ? 

Déborah : Je n’ai pas une belle expérience, mais des belles expériences. J’ai des séances extraordinaires de détails, d’émotions, et d’autres séances beaucoup moins détaillées mais ma plus belle expérience est globale… Je sais que nos défunts sont encore parmi nous. Et ça c’est extraordinaire.



- Avez-vous quelque chose à ajouter ?

Déborah : Je vous remercie tout simplement pour cette interview. Merci beaucoup.



Je vous remercie

Remercie Déborah pour son aimable participation

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Site de Déborah


Page FACEBOOK
https://www.facebook.com/deborah.lemystik/


Chaîne YOUTUBE
TV. Déborah Celle qui fait parler les morts

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire